Παρασκευή, 26 Ιουλίου 2013

The heavy price of greek gold --- A few words about the Skouries area in Chalkidiki


Posted by antigoldgreece on July 22, 2013 in Articles

The birthplace of Aristotle is being laid waste by a vast mining project, opening a rift in a cash-strapped society. Jim Wickens reports

Shadowed by security guards who film his every move, Giannis Verginis gazes out over the slope of Mt Kakavos, listening to the whining of chainsaws in the valley below.
“We used to come to this area with my family and children,” says Mr Verginis. “Up until a few months ago it was a beautiful place and we used to have fun. Now the entire area is deforested and if my children were here they would cry seeing this.”
The large-scale clearance on this remote mountain-side in north-eastern Greece is only the preliminary part of a gold mining project green-lighted by the country’s cash-strapped government; a development that will see open-pit mines and several huge tailing dams built within a concession that spans over 31,700 hectares of ancient forest and farmland.
The peninsula of Halkidiki is the birthplace of Aristotle, a timeless landscape where bee hives stand amidst flowering gorse bushes, overlooking the glistening ripples of the Mediterranean sea. But with plans for the mining development firmly under way, the people living on this sleepy headland now find themselves dragged into the harsh economic realities of modern-day Greece, and at the centre of a bitter struggle over the direction the country should take in order to lift itself out of bankruptcy.
Despite harbouring an underground treasure trove of precious metals estimated to be worth as much as €15.5bn  (£13.5bn), the Greek government sold the Skouries concession in Halkidiki in 2003 for just €15.3m, in circumstances that remain unexplained.
It is now owned by Hellas Gold, a Greek subsidiary of Eldorado Gold Corporation, a Canadian mining company. Eldorado plans to exploit the gold, copper and silver hidden under the surface. Despite the potential loss of forest and farmland that the mining scheme involves, it has easily gained traction in the depressed economic climate that Greece finds itself in today, as it offers jobs and investment in a rural backwater beset by unemployment and starved of financial assistance.
In Stratoni, a community nestled along the coastline of Halkidiki, elderly men play cards, talk politics and drink ouzo, It is one of the few villages in the area to support the mine, as Zagorakis Nikos, the village president, explains. “We welcome the investor as long as they follow the rules: environmentally-friendly mining, contributing to the local society, reducing the [local] unemployment rate from 40 per cent to zero. It means that our region will recover and there will be work for everyone,” says Mr Nikos.
Further along the coastline, Costas, a local fisherman agrees. He wearily ponders the prospect of the mine as he guts the night’s catch on the quayside in the early morning light. “If they do it properly, then it should be done, because we’re talking about lots of jobs. It’s a matter of life and death. Without development there’s nothing. We can’t all become ecologists. We need food too”
Travel closer to the site of the proposed mine however, and attitudes change. Ioannis Stahoris is a worried man. A successful entrepreneur, his feta cheese factory employs 22 people, buys milk from 103 local farms and exports cheese around the world. But all this could be about to end, he says.
“I believe that our final product will greatly deteriorate, as well as our name and our region. We’ll no longer have what we have right now, the pure milk, the pure product that people ask for in unpolluted areas. I believe this gold investment will destroy our water, the air we breathe.”
He is not alone. On the roads that surround Skouries, banners hang across lamp posts demanding that “Eldorado go home”. The protesters are a coalition of local people and businesses, alongside academics, anti-austerity advocates and environmentalists.
Scrambling up the Kakavos mountain in Skouries, Annie Vasileiou guides us to a river valley deep in the forest that is due to be destroyed. It is an area of breathtaking beauty, with crystal-clear streams and mossy timbers nestled within the deep gorges that are carved into the mountain here. The forest in this region straddles several protected Natura sites and is home to otters and migrating birds. But activists say much of the forest in Skouries is set to be destroyed.
The mines are scheduled for construction close to a seismic fault line, on a mountain that supplies water to thousands below, opening up the possibility of water contamination.
The area’s gorges will be blocked and built over to construct tailing reservoirs whose function is to hold mining waste. The tailings are likely to include arsenic, mercury and possibly cyanide.
“We’re talking about arsenic … an element that kills humans and then follows them to the grave and then comes out again to continue killing other humans too,” said Theocharis Zagas, Professor of the Natural Environment at the University of Thessaloniki. “Even hearing these words should frighten us.”
Overlooking a tumbling stream on the Skouries mountain, Ms Vasileiou reflects on the situation for communities nearby: “People in the region are very angry that we’re on the receiving end of this bitter medicine to help rejuvenate the Greek economy. Mining activities worldwide come in and destroy ecosystems. People in small-scale tourism, people who make honey, people who make a living cultivating fields, who fish for a living, people are put at threat if this goes ahead. Yes you are creating 1,300 jobs, but how many are you taking away?”
Protests against the mining site in recent months have been met with tear gas, and running battles have ensued between riot police and protesters. Rania, a grandmother who did not want to give her second name, says she now suffers constant pain after being dragged from her car and stamped on by a police officer whilst attending one such protest.
She is one of a growing number who question the Greek government’s commitment to the mining project.
“For what reason do they show such interest in this investment, why do they chase us, why do they beat us, why so much violence in order to defend this investment which doesn’t offer anything to Greece?” she said.
In recent months tensions on both sides have escalated following arson attacks on temporary construction offices and vehicles linked to the mine in February.
“While we respect the right of individuals to voice their opinions in a safe, legal and responsible manner we fully condemn any activities that put the safety of our employees, contractors and assets at risk,” said Paul Wright, CEO of Eldorado, in a statement released in response to the attack.
The police response to the attack has seen entire villages searched and schoolchildren as young as 15 forced to give DNA samples. An all-women protest on Mother’s Day this year ended in mass arrests. A fresh round of protests erupted this week.
Reams of razor wire now snake across the forest alongside guard dogs and blacked-out cars carrying private security guards, who film journalists and local residents alike, following their every move.
“You feel that the mountain doesn’t belong to you any more, doesn’t belong to the state any more, you feel that it’s under occupation,” Rania says.


What perplexes many bystanders in the debate around the mine is that despite the riches that lie underneath the soil – and despite some media reports – the Greek government will not receive royalties from the new mine.
It is a sentiment shared by the European Commission in Brussels, which ruled that the sale of the Kassandra mining complex – as it was then known – for just €15.3m in 2003, took place below market value and without an open tender of valuation of the mine’s worth, in breach of EU rules.
In a further twist to the legal confusion surrounding the mine, when the commission ruled that the amount underpaid, plus interest, be returned to the Greek state, it was the Greek Environment Minister who appealed to the court in an effort to try to quash a ruling that would see the private investors pay millions back to the cash-strapped government. The appeal has yet to be heard.
Critics claim that the economic crisis is being used as an excuse to press forward with controversial projects across Greece, from hotel developments in protected areas through to planned deep sea drilling in sensitive marine habitats.
They point to a Europe-wide trend of weakening environmental laws from governments who are desperate to attract external investors and kick-start sluggish economies through get-rich-quick development projects.
“What we are seeing in Greece is actually a small part of a much bigger picture. What’s happening right now in Spain, in Portugal in Italy … [shows that] there’s a real environmental rollback taking place”, says Demetres Karavellas, CEO of the environmental group WWF Greece.
On the mountain of Kakavos, Annie is moved to tears as she gazes into the clear waters of the stream.
“Economics or the environment? For me it’s a false question. Can we think and talk before we act? ‘No, no time, there’s an economic crisis,’” she mocks. “It’s definitely a tragedy in the making”.
Both the Greek environment ministry in Athens and Hellas Gold turned down the opportunity to comment on this story.
This article was reported in partnership with the Investigative Fund at the Nation Institute.
A version of this report appeared in The Independent 

Πέμπτη, 25 Ιουλίου 2013

Maurice Riordan --STARS AND JASMINE













STARS AND JASMINE

Each of them has been a god many times:
cat, hedgehog and – our summer interloper – the tortoise.
A perfect triangle, they can neither eat
nor marry one another.
And tonight they are gods
under the jasmine under the stars.

Already the hedgehog has scoffed the cat’s supper
and she’s walked nonplussed beside him
escaping headlong into the bushes.
Wisely now, she keeps an eye on him there,
and on the tortoise
noisily criss-crossing the gravel.

For the cat, jasmine is white
but the stars have colours.
For the hedgehog, there are no stars
only a sky of jasmine,
against which he sniffs something dark,
outlined like a bird of prey.

Wisely, the tortoise ignores both jasmine and stars.
Isn’t it enough, she says, to carry the sky on your back,
a sky that is solid, mathematical and delicately coloured –
on which someone, too, has painted
our neighbours’ address: 9a Surrey Rd.
Come September, we will post her through their letterbox.


Maurice Riordan
(Ireland, 1953)

Art : Lina Bebi


Κυριακή, 14 Ιουλίου 2013





"Salt  works"












Νίκος Εγγονόπουλος
Κλέλια ἢ μᾶλλον Το ειδύλλιον της λιμνοθάλασσας

Ἀπὸ τὴ συλλογὴ «Ποιήματα», ἔκδ. Ἴκαρος, Ἀθήναι 1994.


II

μὴν κλαὶς — μὴν κλαὶς καλὴ —
τὶς μέρες ποὺ πέρασαν:
εἴτανε — νὰ τὸ ξέρης — δῶρο τῶν θεῶν

ἡ γῆ σιγᾶ
καὶ πρὶν ἀκόμη ὁ ἥλιος ποὺ τόσο ἀγαπᾶμε σβήση 
- καὶ δὲν σκοπεύει πιὰ γιὰ μᾶς νὰ ξαναβγῆ -
θὲ νὰ σὲ πάρω
- γιὰ νὰ προχωρήσουμε -
ἀπ' τὸ λεπτὸ χεράκι

βλέπεις ἐκεῖνο τὸ μνημεῖο
ἐκεῖ πέρα
θ' ἀνοίξουμε τὴν πόρτα
καὶ θὰ μποῦμε:
ἐκεῖ θὲ νὰ σὲ πάρω ἀγκαλιὰ
κι’ ἀγκαλιασμένοι ἔτσι μιὰ γιὰ πάντα
θὰ χαθοῦμε
μεσ' στῆς Δευτέρας Παρουσίας
τὰ πολύχρωμα
γυαλιὰ











Κυριακή, 5 Μαΐου 2013

Δ.Π.Παπαδίτσας-- Μάϊος σε αρχαιότοπο









 Δ.Π. Παπαδίτσας, «Η ασώματη», Εκδόσεις Γνώση, Αθήνα 1983

Παρασκευή, 3 Μαΐου 2013

Pyrochroa coccinea ---The cardinal beetle





The cardinal beetle (Pyrochroa coccinea) is a brightly-coloured red or orange beetle. It is approximately 20 mm long. It has a black face. The cardinal beetle preys on other insects and is normally found on flowers at the edges of woodland. The cardinal beetle is a strong flier. The cardinal beetle is bright red; in that way it warns predators that it is toxic. People often mistake the smaller Scarlet lily beetle, Lilioceris lilii, for a cardinal beetle. Pyrochroa serraticornis, which is very similar to P. coccinea except it has a red head instead of a black one, is also referred to as a Cardinal beetle.


Taxonavigation

Superregnum: Eukaryota

Regnum: Animalia

Phylum: Arthropoda
Subphylum: Classis: Cladus: Cladus: Cladus: Cladus: Cladus: Cladus: Superordo: Ordo: Subordo: Infraordo: Superfamilia: Familia: Subfamiliae: Genera: 
Species: Pyrochroa coccinea

Name
Pyrochroa coccinea Linnaeus, 1761
Vernacular names
Deutsch: Scharlachroter Feuerkäfer

English: Cardinal beetle

Nederlands: Zwartkopvuurkever

polski: Ogniczek większy

Reference




Pyrochroa coccinea

cardinal beetle
n
(Life Sciences & Allied Applications / Animals) any of various large N temperate beetles of the family Pyrochroidae, such as Pyrochroa serraticornis, typically scarlet or partly scarlet in colour
Collins English Dictionary – Complete and Unabridged © HarperCollins Publishers 1991, 1994, 1998, 2000, 2003





Pyrochroa coccinea
Picture modified from Calwer, Carl Gustav; Jäger, Gustav - Calwers Käferbuch. Naturgeschichte der Käfer Europas. Zum Handgebrauche fuer Sammler. Vierte Auflage. (1876)



Pyrochroa coccinea
Picture modified from Edmund Reitter: Fauna Germanica - Die Käfer des Deutschen Reiches (1908) - Permission granted to use under GFDL by Kurt Stueber. Source: www.biolib.de -

Panzer, Georg Wilhelm Franz - Fauna Insectorum Germanicae initia oder Deutschlands Insekten (1793) - Permission granted to use under GFDL by Kurt Stueber. Source: www.biolib.de






 Pyrochroa rubens
Picture modified from Calwer, Carl Gustav; Jäger, Gustav - Calwers Käferbuch. Naturgeschichte der Käfer Europas. Zum Handgebrauche fuer Sammler. Vierte Auflage. (1876) - Permission granted to use under GFDL by Kurt Stueber. Source: www.biolib.de




 Pyrochroa serraticornis
Picture modified from Edmund Reitter: Fauna Germanica - Die Käfer des Deutschen Reiches (1908) - Permission granted to use under GFDL by Kurt Stueber. Source: www.biolib.de


http://luirig.altervista.org/naturaitaliana/viewpics.php?title=Pyrochroa+coccinea

http://eliastselos.blogspot.gr/2011/03/insects_331.html


le PYROCHROA ou CARDINAL !
(Pyrochroa coccinea, Coléoptère Pyrochroidae)

Les Pyrochroa sont des Coléoptères relevant des Pyrochroïdae, petite Famille (guère plus d'une centaine d'espèces au niveau mondial) représentée en France par 3 espèces voisines que sont coccinea, serraticornis (= rubens), et pectinicornis. Ces insectes sont plutôt discrets de moeurs, mais voyants par leur livrée, notamment Pyrochroa coccinea, la plus grande et la plus répandue de ces 3 espèces.

Les adultes de Pyrochroa apparaissent de Mai à Juin et ils affectionnent les lieux plutôt frais et semi ombragés (lisières boisées, chemins forestiers, clairières, rives boisées, parcs, etc...). Ils se tiennent fréquemment sur la végétation basse, et à l'occasion sur les fleurs (ombellifères par exemple). Leur coloration les rend aisément repérables, et ils sont de plus assez facilement observables, car généralement peu farouches .... mais ils volent parfaitement, et peuvent "décoller" sur l'instant !

La plus commune des espèce est le Pyrochroa coccinea (ci-dessous à gauche), lequel peut avoisiner les 20 mm, mais serraticornis (12-15 mm, ci-dessous à droite) n'est pas rare pour autant, et à l'occasion les 2 espèces peuvent partager les mêmes biotopes. La dernière et plus petite espèce, pectinicornis (10-12 mm) est nettement moins fréquente, et franchement montagnarde (face ventrale entièrement noire, et dorsale rouge). Chez toutes les espèces de Pyrochroa, les mâles se reconnaissent facilement à leurs antennes plus nettement et longuement pectinées que celles des femelles.

http://www.insectes-net.fr/cardinal/pyro2.htm


Τετάρτη, 1 Μαΐου 2013

ΤΡΙΑΝΤΑΦΥΛΛΑ ΣΤΟ ΠΑΡΑΘΥΡΟ














Σκοπὸς  τῆς  ζωῆς  μας  δὲν  εἶναι  ἡ  χαμέρπεια

                                              Ὑπάρχουν ἀπειράκις ὡραιότερα πράγματα

                                              Καὶ

                                              ἀπ’ αὐτὴν τὴν ἀγαλματώδη παρουσία  τοῦ  

περασμένου

ἔπους. Σκοπὸς  τῆς  ζωῆς μας εἶναι  ἡ

ἀγάπη.

Σκοπὸς  τῆς  ζωῆς  μας  εἶναι  ἡ ἀτελεύτητη

                                                μάζα

                                                μας. Σκοπὸς τῆς ζωῆς μας εἶναι ἡ λυσιτελὴς

παραδοχὴ τῆς ζωῆς μας καὶ τῆς κάθε

μας

εὐχῆς ἐν παντὶ τόπω εἰς πάσαν στιγμὴν

εἰς κάθε

ἔνθερμον ἀναμόχλευσιν τῶν ὑπαρχόντων.

                                                  Σκοπὸς

                                                  τῆς ζωῆς μας εἶναι τὸ σεσημασμένον

                                                   δέρας

                                                 τῆς  ὑπάρξεώς μας. 



                                                                                                                           A .ΕΜΠΕΙΡΙΚΟς

http://www.snhell.gr/anthology/content.asp?id=221&author_id=10


Πέμπτη, 25 Απριλίου 2013

N o c e s @ T i p a z a ---Albert Camus










" Je comprends ici ce qu’on appelle gloire,
le droit d’aimer sans mesure. "





N o c e s @ T i p a z a
Extrait de  “ Noces “ d’Albert Camus :

Au printemps, Tipasa est habitée par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l’odeur des absinthes, la mer cuirassée d’argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes de fleurs et la lumière à gros bouillons dans les amas de pierres.
A certaines heures, la campagne est noire de soleil.
Les yeux tentent vainement de saisir autre chose que des gouttes de lumière et de couleurs qui tremblent au bord des cils.
L’odeur volumineuse des plantes aromatiques racle la gorge et suffoque dans la chaleur énorme.
A peine, au fond du paysage, puis-je voir la masse noire du Chenoua qui prend racine dans les collines autour du village, et s’ébranle d’un rythme sûr et pesant pour aller s’accroupir dans la mer.
Nous arrivons par le village qui s’ouvre déjà sur la baie.
Nous entrons dans un monde jaune et bleu où. nous accueille le soupir odorant et âcre de la terre d’été en Algérie.
Partout, des bougainvillées rosat dépassent les murs des villas; dans les jardins, des hibiscus au rouge encore pâle, une profusion de roses thé épaisses comme de la crème et de délicates bordures de longs iris bleus.
Toutes les pierres sont chaudes.
A l’heure où nous descendons de l’autobus couleur de bouton d’or, les bouchers dans leurs voitures rouges font leur tournée matinale et les sonneries de leurs trompettes appellent les habitants.
A gauche du port, un escalier de pierres sèches mène aux ruines, parmi les lentisques et les genêts.
Le chemin passe devant un petit phare pour plonger ensuite en pleine campagne.
Déjà, au pied de ce phare, de grosses plantes grasses aux fleurs violettes, jaunes et rouges, descendent vers les premiers rochers que la mer suce avec un bruit de baisers. Debout dans le vent léger, sous le soleil qui nous chauffe un seul côté du visage, nous regardons la lumière descendre du ciel, la mer sans une ride, et le sourire de ses dents éclatantes. Avant d’entrer dans le royaume des ruines, pour la dernière fois nous sommes spectateurs.
Au bout de quelques pas, les absinthes nous prennent à la gorge. Leur laine grise couvre les ruines à perte de vue. Leur essence fermente sous la chaleur, et de la terre au soleil monte sur toute l’étendue du monde un alcool généreux qui fait vaciller le ciel.
Nous marchons à la rencontre de l’amour et du désir.
Nous ne cherchons pas de leçons, ni l’amère philosophie qu’on demande à la grandeur.
Hors du soleil, des baisers et des parfums sauvages, tout nous paraît futile.
Pour moi, je ne cherche pas à y être seul.
J’y suis souvent allé avec ceux que j’aimais et je lisais sur leurs traits le clair sourire qu’y prenait le visage de l’amour. Ici, je laisse à d’autres l’ordre et la mesure.
C’est le grand libertinage de la nature et de la mer qui m’accapare tout entier.
Dans ce mariage des ruines et du printemps, les ruines sont redevenues pierres, et perdant le poli imposé par l’homme, sont rentrées dans la nature.
Pour le retour de ces filles prodigues, la nature a prodigué les fleurs. Entre les dalles du forum, l’héliotrope pousse sa tête ronde et blanche, et les géraniums rouges versent leur sang sur ce qui fut maisons, temples et places publiques.
Comme ces hommes que beaucoup de science ramène à Dieu, beaucoup d’années ont ramené les ruines à la maison de leur mère. Aujourd’hui enfin leur passé les quitte, et rien ne les distrait de cette force profonde qui les ramène au centre des choses qui tombent.
Que d’heures passées à écraser les absinthes, à caresser les ruines, à tenter d’accorder ma respiration aux soupirs tumultueux du monde! Enfoncé parmi les odeurs sauvages et les concerts d’insectes somnolents, j’ouvre les yeux et mon cœur à la grandeur insoutenable de ce ciel gorgé de chaleur. Ce n’est pas si facile de devenir ce qu’on est, de retrouver sa mesure profonde.
Mais à regarder l’échine solide du Chenoua, mon cœur se calmait d’une étrange certitude. J’apprenais à respirer, je m’intégrais et je m’accomplissais. Je gravissais l’un après l’autre des coteaux dont chacun me réservait une récompense, comme ce temple dont les colonnes mesurent la course du soleil et d’où on voit le village entier, ses murs blancs et roses et ses vérandas vertes. Comme aussi cette basilique sur la colline Est : elle a gardé ses murs et dans un grand rayon autour d’elle s’alignent des sarcophages exhumés, pour la plupart à peine issus de la terre dont ils participent encore. Ils ont contenu des morts; pour le moment il y pousse des sauges et des ravenelles. La basilique Sainte-Salsa est chrétienne, mais chaque fois qu’on regarde par une ouverture, c’est la mélodie du monde qui parvient jusqu’à nous : coteaux plantés de pins et de cyprès, ou bien la mer qui roule ses chiens blancs à une vingtaine de mètres. La colline qui supporte Sainte-Salsa est plate à son sommet et le vent souffle plus largement à travers les portiques. Sous le soleil du matin, un grand bonheur se balance dans l’espace.
Bien pauvres sont ceux qui ont besoin de mythes. Ici les dieux servent de lits ou de repères dans la course des journées. Je décris et je dis: « Voici qui est rouge, qui est bleu, qui est vert. Ceci est la mer, la montagne, les fleurs. » Et qu’ai-je besoin de parler de Dionysos pour dire que j’aime écraser les boules de len¬tisques sous mon nez? Est-il même à Déméter ce vieil hymne à quoi plus tard je songerai sans contrainte : « Heureux celui des vivants sur la terre qui a vu ces choses. » Voir, et voir sur cette terre, comment oublier la leçon? Aux mystères d’Éleusis, il suffisait de contempler. Ici même, je sais que jamais je ne m’approcherai assez du monde. Il me faut être nu et puis plonger dans la mer, encore tout parfumé des essences de la terre, laver celles-ci dans celle-là, et nouer sur ma peau l’étreinte pour laquelle soupirent lèvres à lèvres depuis si longtemps la terre et la mer. Entré dans l’eau, c’est le saisissement, la montée d’une glu froide et opaque, puis le plongeon dans le bourdonnement des oreilles, le nez coulant et la bouche amère -la nage, les bras vernis d’eau sortis de la mer pour se dorer dans le soleil et rabattus dans une torsion de tous les muscles; la course de l’eau
sur mon corps, cette possession tumultueuse de l’onde par mes jambes – et l’absence d’horizon. Sur le rivage, c’est la chute dans le sable, aban¬donné au monde, rentré dans ma pesanteur de chair et d’os, abruti de soleil, avec, de loin en loin, un regard pour mes bras où les flaques de peau sèche découvrent, avec le glissement de l’eau, le duvet blond et la poussière de sel.
Je comprends ici ce qu’on appelle gloire: le droit d’aimer sans mesure. Il n’y a qu’un seul amour dans ce monde. Étreindre un corps de femme, c’est aussi retenir contre soi cette joie étrange qui descend du ciel vers la mer. Tout à l’heure, quand je me jetterai dans les absinthes pour me faire entrer leur parfum dans le corps, j’aurai conscience, contre tous les préjugés, d’accomplir une vérité qui est celle du soleil et sera aussi celle de ma mort. Dans un sens, c’est bien ma vie que je joue ici, une vie à goût de pierre chaude, pleine de soupirs de la mer et des cigales qui commencent à chanter mainte¬nant. La brise est fraîche et le ciel bleu. J’aime cette vie avec abandon et veux en parler avec liberté: elle me donne l’orgueil de ma condition d’homme. Pourtant, on me l’a souvent dit : il n’y a pas de quoi être fier. Si, il y a de quoi: ce soleil, cette mer, mon cœur bondissant de jeunesse, mon corps au goût de sel et l’immense décor où la tendresse et la gloire se rencontrent dans le jaune et le bleu. C’est à conquérir cela qu’il me faut appliquer ma force et mes res-sources. Tout ici me laisse intact, je n’abandonne rien de moi-même, je ne revêts aucun masque: il me suffit d’apprendre patiemment la difficile science de vivre qui vaut bien tout leur savoir vivre.
Un peu avant midi, nous revenions par les ruines vers un petit café au bord du port. La tête retentissante des cymbales du soleil et des couleurs, quelle fraîche bienvenue que celle de la salle pleine d’ombre, du grand verre de menthe verte et glacée. Au-dehors, c’est la mer et la route ardente de Poussière. Assis devant la table, je tente de saisir entre mes cils battants l’éblouis¬sement multicolore du ciel blanc de chaleur. Le visage mouillé de sueur, mais le corps frais dans la légère toile qui nous habille, nous étalons tous l’heureuse lassitude d’un jour de noces avec le monde.
On mange mal dans ce café, mais il y a beau¬coup de fruits – surtout des pêches qu’on mange en Y mordant, de sorte que le jus en Coule sur le menton. Les dents refermées sur la pêche, j’écoute les grands coups de mon sang monter jusqu’aux oreilles, je regarde de tous mes yeux. Sur la mer, c’est le silence énorme de midi. Tout être beau a l’orgueil naturel de sa beauté et le monde aujourd’hui laisse son orgueil suinter de toutes parts. Devant lui, pourquoi nierais-je la joie de vivre, si je sais ne pas tout renfermer dans la joie de vivre? Il n’y a pas de honte à être heureux. Mais aujourd’hui l’imbécile est roi, et j’appelle imbécile celui qui a peur de jouir. On nous a tellement parlé de l’orgueil : vous savez, c’est le péché de Satan. Méfiance, criait-on, vous vous perdrez, et vos forces vives. Depuis, j’ai appris en effet qu’un certain orgueiL. Mais à d’autres moments, je ne peux m’empêcher de revendiquer l’orgueil de vivre que le monde tout entier conspire à me donner. A Tipasa, je vois équivaut à je crois, et je ne m’obstine pas à nier ce que ma main peut toucher et mes lèvres caresser. Je n’éprouve pas le besoin d’en faire une œuvre d’art, mais de raconter ce qui est différent. Tipasa m’apparaît comme ces per-sonnages qu’on décrit pour signifier indirecte¬ment un point de vue sur le monde. Comme eu;x, elle témoigne, et virilement. Elle est aujour¬d’hui mon personnage et il me semble qu’à le caresser et le décrire, mon ivresse n’aura plus de fin. Il y a un temps pour vivre et un temps pour témoigner de vivre. Il y a aussi un temps pour créer, ce qui est moins naturel. Il me suffit de vivre de tout mon corps et de témoigner de tout mon cœur. Vivre Tipasa, témoigner et l’œuvre d’art viendra ensuite. Il y a là une liberté.


Jamais je ne restais plus d’une journée à Tipasa. Il vient toujours un moment où l’on a trop vu un paysage, de même qu’il faut longtemps avant qu’on l’ait assez vu. Les mon¬tagnes, le ciel, la mer sont comme des visages dont on découvre l’aridité ou la splendeur, à force de regarder au lieu de voir. Mais tout visage, pour être éloquent, doit subir un certain renouvellement. Et l’on se plaint d’être trop rapidement lassé quand il faudrait admirer que le monde nous paraisse nouveau pour avoir été seulement oublié.
Vers le soir, je regagnais une partie du parc plus ordonnée, arrangée en jardin, au bord de la route nationale. Au sortir du tumulte des parfums et du soleil, dans l’air maintenant rafraîchi par le soir, l’esprit s’y calmait, le corps détendu goûtait le silence intérieur qui naît de l’amour satisfait. Je m’étais assis sur un banc. Je regardais la campagne s’arrondir avec le jour. J’étais repu. Au-dessus de moi, un grenadier laissait pendre les boutons de ses fleurs, clos et
côtelés comme de petits poings fermés qui contiendraient tout l’espoir du printemps. Il y avait du romarin derrière moi et j’en percevais seulement le parfum d’alcool. Des collines s’encadraient entre les arbres et, plus loin encore, un liséré de mer au-dessus duquel le ciel, comme une voile en panne, reposait de toute sa tendresse. J’avais au cœur une joie étrange, celle-là même qui naît d’une conscience tranquille. Il y a un sentiment que connaissent les acteurs lors¬qu’ils ont conscience d’avoir bien rempli leur rôle, c’est-à-dire, au sens le plus précis, d’avoir fait coïncider leurs gestes et ceux du personnage idéal qu’ils incarnent, d’être entrés en quelque sorte dans un dessin fait à l’avance et qu’ils ont d’un coup fait vivre et battre avec leur propre cœur. C’était précisément cela que je ressentais : j’avais bien joué mon rôle. J’avais fait mon métier d’homme et d’avoir connu la joie tout un long jour ne me semblait pas une réus¬site exceptionnelle, mais l’accomplissement ému d’une condition qui, en certaines circonstances, nous fait un devoir d’être heureux. Nous retrou¬vons alors une solitude, mais cette fois dans la satisfaction.
Maintenant, les arbres s’étaient peuplés d’oiseaux. La terre soupirait lentement avant d’entrer dans l’ombre. Tout à l’heure, avec la pre-mière étoile, la nuit tombera sur la scène du monde. Les dieux éclatants du jour retourneront à leur mort quotidienne. Mais d’autres dieux viendront. Et pour être plus sombres, leurs faces ravagées seront nées cependant dans le cœur de la terre.
A présent du moins, l’incessante éclosion des vagues sur le sable me parvenait à travers tout un espace où dansait un pollen doré. Mer, cam¬pagne, silence, parfums de cette terre, je m’emplissais d’une vie odorante et je mordais dans le fruit déjà doré du monde, bouleversé de sen¬tir son jus sucré et fort couler le long de mes lèvres. Non, ce n’était pas moi qui comptais, ni le monde, mais seulement l’accord et le silence qui de lui à moi faisait naître l’amour. Amour que je n’avais pas la faiblesse de revendiquer pour moi seul, conscient et orgueilleux de le partager avec toute une race, née du soleil et de la mer, vivante et savoureuse, qui puise sa grandeur dans sa simplicité et debout sur les plages, adresse son sourire complice au sourire éclatant de ses ciels.




.